Compte rendu du Frenchman 2017

I AM AN IRONMAN

Le jour du départ

Jeudi 25 Mai, réveil à 7h, dernier checklist du matériel, on retrouve les copains, et c’est parti direction le Frenchman à Hourtin ! Nous arrivons au camping « les OURMES » Camping **** à 500m du triathlon, donc camping super bien placé pour la course. Il fait beau, il fait chaud nous en profitons pour faire un tour à Hourtin plage sur le bord de l’océan, un petite partie de Mölkky, des pâtes au jambon cru et une bonne nuit de sommeil !

L’avant course

Vendredi 26 Mai, Il est temps d’aller chercher les dossards. J’aurais donc le numéro 176. Reconnaissance du parc à vélo, de la sortie de l’eau et de la ligne d’arrivée. On en profite pour faire une petite photo tous les quatre, demain on sera moins frais :).

Petit tour en vélo sur le parcours qu’on va emprunter sur le triathlon afin de faire tourner les jambes puis préparation du matériel. On fait un check avec les coachs pour ne rien oublier dans les sacs de transitions, ainsi que les ravitos perso. 15h, il est l’heure d’emmener les vélos au parc à vélos, et d’aller au briefing. Lors du briefing, par Benjamin Sanson en personne s’il-vous-plaît, la pression monte doucement. Ca y est, on y est après des mois d’entrainements, l’IronMan c’est demain…

19h il est temps de manger si on veut se coucher tôt, alors direction la Pasta Party, organisé par le FrenchMan. On rentre tranquillement à pied au camping, puis c’est l’heure du dernier briefing de Popo le coach et des derniers conseils pour demain …

 

Le jour de la course

Réveil 4h, outch ça pique… Au petit déjeuner ? Des pâtes bien sûr ! Une petite douche (c’est la douche d’avant course, il faut que je me sente propre ahah !), on prend la combi, les bidons, les barres, les ravitos perso et on part à pied direction le parc à vélo pour regonfler les pneus et voir si les vélos vont bien (vu le gros orage de la nuit) !

6h, on se dirige vers les bus qui vont nous emmener vers la zone de départ, un dernier petit bisou à ma chérie, il est l’heure de monter dans le bus… Tout le monde est un peu stressé même si les gars derrière moi me disent que non… Un dernier petit coucou et les bus s’en vont.

Ca y est on ne peut plus faire demi-tour. On y est. On va le faire cet Ironman et du mieux possible en prenant du plaisir !

Arrivés sur place, on enfile la combinaison, et on va faire quelques longueurs dans l’eau, tout se passe bien, l’eau est chaude et claire. On retourne sur la plage, le départ va bientôt être donné.

 

La Natation

7h, la corne de brume retentit, c’est parti pour 3.8km de natation, je ne pars pas trop mal, j’essaye d’avoir mon allure de course le plus rapidement possible afin de ne pas faire trop monter le cardio. Mais la surprise à laquelle je ne m’attentais pas du tout : il y a des vagues ! Je n’ai jamais nagé avec des vagues, mais bon on est tous dans le même cas alors je me dis que ça va le faire. Les bouées sont assez proches je trouve ça cool, les points de repères sont donc facile à identifier. Je fais le 1er km en moins de 20min et après je n’ai plus regardé… Je vois les bouées rouges, ça sent l’arrivée ! Arrivée dans le port, ça se resserre,  il y a un peu de bagarre. Je sors de l’eau en 1h08’06’’ 97ème temps natation.

 

La transition T1

Je prends mon sac, j’enlève ma combi, une bénévole me met de la crème solaire (il va faire chaud, le soleil est présent il faut se protéger), je mets mes chaussures de vélo, ma casquette Casquetteurs, mon casque, mes lunettes et je vais prendre mon vélo. Tout ça en 3’28 (la fusée) 😮

 

Le vélo

Sur les conseils de Popo, je ne m’emballe pas sur le vélo et me cale sur une fréquence cardiaque comprise entre 130 et 140 bpm et une cadence comprise entre 80 et 90 rpm. Il nous avait également dit lors du petit briefing qu’on allait se faire doubler car le parcours est plat et que certains allaient faire des gros vélos. Je me fais donc pas mal doubler sur la première partie du premier tour, mais je m’en fou, je ne me bats pas pour le classement. Mon seul objectif c’est de le finir et de le finir bien !

Il y a donc sur ces 180km de vélo trois boucles de 60km à réaliser. Les 15 premiers km sont vent de face, mais qui dit vent de face, dit vent de dos après ! Après le demi-tour, ça va mieux, le vent est dans mon dos j’en profite pour souffler un peu et accélérer ! Je m’hydrate bien avec la boisson magique de Popo qui passe vraiment bien (Ice Tea, Saint-Yorre dégazéifiée, Maltodextrine, Fructose et Palatinose de chez MyProtein) et je m’asperge d’eau la tête et la nuque régulièrement car il fait vraiment chaud. A la fin du 1er tour, la team supporter était la et ça fait un bien fou de les voir, en plus ils se sont placé à un endroit où je peux les voir deux fois ! J’ai le sourire, eux aussi, je continue dans ma lancée. Je fais le premier tour (60km) en 1h47’04’’ ce qui fait 33,6km/h de moyenne.

C’est parti pour le deuxième tour, outch le vent est encore plus fort que sur le premier tour… mais bon la partie vent de face ne dure que 15km, je serre les dents et j’essaye de tenir une bonne vitesse tout de même, en restant toujours dans les zones. Je revois ma chérie et les copains et ça y est je me dis qu’il ne reste plus qu’un tour. Je finis ce deuxième tour en 1h49’46’’ (32,8km/h de moy).

C’est le dernier tour, wouhou !!! Je m’alimente bien, je suis bien, j’ai le sourire jusqu’aux oreilles, mais le vent souffle encore plus fort. Je roule, je roule, je roule et vers le 172 km, je pleure… Je pleure de joie mais je n’arrive pas à me consoler, je sais que je vais être finisher, plus rien ne m’arrêtera maintenant je suis tellement bien. Et puis même si je fais le marathon en marchant ce n’est pas grave ! Tous les sacrifices pendant les 5 derniers mois ont payé !!!

Je finis la partie vélo en 5h31’47’’ ce qui fait un peu plus de 32,3 de moyenne !

 

La transition T2

Arrivé au parc à vélo, je donne mon vélo à un bénévole, je prends mon sac de transition et je file mettre mes baskets.

 

La Course à Pied

Let’s Go c’est parti pour les 42km (sous forme de 4 boucles d’une dizaine de kilomètres ) ! Je pars vite, je fais le 1er kilomètre en 4’39/km, mais c’est tellement cool, je vais tellement bien 🙂

Je continue, je prends le temps à chaque ravitaillement de m’hydrater et de manger, le 1er tour, ce passe plutôt bien, ma chérie et les copains sont à la fin du 1er tour. Je continue, et là c’est le drame, arrivé au 15ème km impossible de me ravitailler, mon corps n’accepte plus le sucré… il faut dire que j’en ai pris pas mal sur le vélo. Je continue tant bien que mal à courir. Je commence à avoir faim, j’ai peur de faire une fringale…. Au 20ème km je retrouve ma chérie, Max et Elea, je leur dis que je ne suis pas très bien, que je n’arrive pas à m’alimenter. Maxime me dit «  prends ce qui te fais plaisir, tu t’en fout il faut que tu manges », je prends alors un peu de salé, et des fruits. J’étais tellement mal que je n’avais pas vu que les copains du Happy Running Crew était là au ravito… Signe que je n’étais pas très lucide à ce moment-là.

Je repars ! Vers le 25eme km ça va mieux, je me sens beaucoup mieux, je prends du saucisson et des fruits au ravitaillement… la fringale est passée. Je retrouve de l’énergie. Mais maintenant une ampoule sous le pied… C’est moins grave. Allez plus que 17km !

Arrivé au 30ème km je sais qu’il me reste un tour, je dis à Marion qu’on se retrouve à l’arrivée maintenant. Me voilà désormais sur le dernier tour. Pour m’aider psychologiquement, je dis au revoir à tous les bénévoles présents sur le parcours. Ça me fait un bien fou !

Ca y est j’y suis, il me reste 500m, je tourne à droite direction l’arrivée, je passe dans le sable et me voilà sur le tapis bleu !!! Je regarde le chrono ! 10h49 woooooow c’est trop bien, je passe la ligne et je vois Marion ! Je la prends dans mes bras, elle pleure et moi je suis très ému !

Benjamin Sanson me remet en personne ma magnifique médaille et je file me ravitailler !

I AM AN IRONMAN en 10h49’46’’ 120ème/559 et 11ème S2/30

 

Ce que j’en pense

Je conseille cette course à tout le monde, le parcours Flat, Fast & French est vraiment cool, l’organisation est au top, Benjamin Sanson et son équipe font tout pour rendre agréable cette courses, les bénévoles sont aux petits soins envers tous les triathlètes.

Remerciements

Je tiens à remercier tout d’abord ma chérie Marion pour la patience, le soutient durant ces mois d’entrainements mais également sur la course, elle m’a apporté un fort soutien psychologique. Ca y est tu peux le dire, tu es une IRONWIFE.

Ma famille, qui ma soutenu et envoyé des petits messages. Fabrice et Yves mes coachs qui m’ont accompagné sur cette course et qui m’ont permis grâce à leurs entrainements et expériences d’être finisher. La team supporter sur place, Maxime, Elea, Armelle, Alice, Caro, la famille Cavrois, Marie, et bien sûr les filles du HappyRunningCrew (Clémentine, Joyce et Alexane).

Les copains du club avec qui j’ai pu m’entrainer pour cette préparation (Sylvain, Phiphi, Steph, Franck, Fred, Lolo et tous les autres) Et pour finir l’équipe du FrenchMan, de m’avoir fait vivre une expérience inoubliable.

Je reviendrais.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *